Quand la réflexion engage l’action

Institut de formation et d’expertise à destination des élus
au Comité Social et Économique
(commission santé, sécurité et conditions de travail et secteur économique)

Au quatrième trimestre 2015, l’emploi progresse dans les secteurs concurrentiels non agricoles (+ 38 300 salariés), après la légère augmentation du trimestre précédent (+ 13 400 salariés). Cette progression résulte d’un rebond de l’emploi direct (+ 19 400 salariés après - 4 000) et d’une nette croissance de l’emploi intérimaire (+ 18 900 salariés après + 17 400). Sur un an, l’emploi dans les secteurs concurrentiels non agricoles progresse au final fortement (+ 102 200 postes).

 

Dans l’industrie, l’emploi (y compris intérim) augmente au quatrième trimestre 2015 (+ 2 200 postes après ­ 3 900 le trimestre précédent). L’intérim y contribue ce trimestre plus fortement avec une hausse de 10 700 emplois (après + 8 600 le trimestre précédent) et l’emploi direct recule plus faiblement (­ 8 500 emplois après ­ 12 500 le trimestre précédent).

 

Au quatrième trimestre, l’emploi direct décline pour la majorité des secteurs de l’industrie. Les baisses des secteurs de l’industrie automobile (- 2 100 emplois), de la métallurgie et fabrication de produits métalliques (­ 2 000 emplois), de la fabrication des produits en caoutchouc et en plastique (- 1 400 emplois), ainsi que du secteur du travail du bois, industries du papier et imprimerie (- 1 300 emplois) demeurent sensibles.

 

Néanmoins, l’emploi direct rebondit dans la fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac (+ 1 900) et la fabrication d’autres matériels de transport hors automobile (+ 600 postes) et croît pour le deuxième trimestre consécutif dans l’industrie chimique (+ 600) et l’industrie pharmaceutique (+ 200 emplois).

 

Sur un an, le recul de l’emploi total dans l’industrie (- 15 000 salariés) continue d’être largement atténué par le gain de l’emploi intérimaire (+ 22 800 emplois), l’emploi direct perdant 37 800 postes.

 

L'intégralité de l'étude est disponible à cette adresse.

Économie